mmoption

Votre projet immobilier neuf
Des conseils en réduction d'impôts
L'optimisation et la gestion de votre patrimoine

Immobilier neuf > Programme Loi Malraux > L'Hôtel De La Surintendance- Immobilier Malraux à Versailles- 78

L'Hôtel De La Surintendance- Immobilier Malraux à Versailles- 78

Image-Versailles-Hotel-de-la-Surintendance-78
Image-Versailles-Hotel-de-la-Surintendance-Cour Image-Versailles-Hotel-de-la-Surintendance-facade Image-Versailles-Hotel-de-la-Surintendance-jardin-clos

Lieu calme et arboré, protégé par un mur en pierre des milliers de touristes, ancienne dépendance attachée au célèbre Château de Versailles, l’Hôtel de la Surintendance bénéficie d’un emplacement d’exception au cœur du quartier Saint-Louis, centre historique de Versailles.

Composés de 50 appartements du studio au 5 pièces, les bâtiments bénéficient d’un cadre privilégié, rythmé par une cour d’honneur pavée et deux jardins paysagers. L’ensemble constituera un lieu de vie remarquable, offrant même pour certains appartements une vue sur les jardins de l’Orangerie qui borde le Château.

L’immobilier c’est avant toute chose, un emplacement, une adresse.

Celle-ci nous situe à proximité immédiate du Château, en face des jardins
de l'Orangerie et de la pièce d'eau des Suisses. Nous sommes dans le quartier
Saint-Louis de Versailles, dans le cœur historique de la ville.
À cette prestigieuse adresse, ajoutons maintenant le charme, l’harmonie,
le cachet d’un ensemble immobilier composé de bâtis entrelacés de cours
et de jardins, un ensemble au cœur du Secteur Sauvegardé de Versailles.
Sa rénovation, dans le respect des prescriptions émises
par le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du secteur
et sous le contrôle des Architectes des Bâtiments
de France, fera de cet immeuble exceptionnel
un remarquable lieu de vie.
Enfin, la vue sur les jardins de l’Orangerie depuis certains
appartements est un « luxe versaillais », aussi rare que
précieux, aussi surprenant qu’éblouissant de beauté.
 
Le Land Art serait-il né à Versailles ?
Les jardins du Château ont demandé un travail gigantesque, mobilisant plusieurs
milliers d’hommes, quelques fois des régiments. Quelques siècles plus tard on ne
se lasse pas de leur beauté.
L’Orangerie du Château fut édifiée par Jules Hardouin-Mansart entre 1684 et 1686.
Elle abrite en hiver plus de 1500 arbustes, en majorité des orangers.
La mode des agrumes date du
XV
e
siècle et la première orangerie naquit au Château
d’Amboise. Les jardiniers français, par des techniques spéciales d’élagages et des
moyens qui leur permettaient de retenir l’eau et les nutriments, ont été en mesure
de faire fleurir les arbres d’agrumes durant toute l’année, au grand plaisir
de Louis XIV. Des motifs à base d’agrumes deviendront tout au long de l’histoire
un thème en sculpture, mosaïque, broderie, tissage, peinture... peut-être
sommes-nous tout simplement aux origines du
Land Art
 
Ceinturée d’espaces boisés dont 350 hectares sont situés sur son propre territoire
accolés aux 850 hectares du Parc du Château, Versailles bénéficie d’un environnement
verdoyant privilégié.
Les visiteurs viennent à Versailles pour son Château et en apprécient tout autant
les promenades dans ses jardins. Ils expriment toute la démesure du lieu, les caprices
d’un roi et le talent d’un architecte, la poésie, la beauté, la symétrie, la pureté des
lignes et l’exactitude des perspectives...
Versailles évoque autant le Château que ses jardins, devenus ces dernières années
le lieu d’expositions d’art contemporain. L’artiste Xavier Veilhan, qui y exposa
ses œuvres, a dit des jardins « j’ai eu une révélation quand je me suis aperçu que
c’était une sorte de
land art
, que l’architecte d’origine, Le Nôtre, avait eu cette
contemporanéité surprenante ».
 
Le Quartier Saint- Louis
Le développement urbain de Versailles au
XIX
e
siècle a vu la naissance de 8 quartiers
dans une forte cohérence avec le patrimoine architectural historique de la ville.
Couvrant une grande partie des quartiers Saint-Louis et Notre-Dame, son Secteur
Sauvegardé est l’un des plus vastes espaces sauvegardés de France. Son périmètre
épouse approximativement les anciennes limites de la « Ville Neuve » qui vit le jour
durant la première moitié du règne de Louis XIV, et fut érigée selon des règles
d’urbanisme et d’architecture strictes, dictées par sa Majesté.
Situé à la symétrique du quartier Notre-Dame par rapport au Château et à l’axe
de l’avenue de Paris, le quartier Saint-Louis occupe le site de l’ancien village
de Versailles, antérieur à la construction du Château. Il doit son nom à sa cathédrale
et son charme à ses rues dont le décor n’a pas changé depuis le
XVIII
e
siècle. Nous
sommes plongés au cœur de l’histoire de Versailles et de son édification, dans
un secteur animé et commerçant, où Versaillais et touristes se côtoient tout au long
de l’année, en bonne entente.
 
Plan sauvegardé
L'Hôtel de la Surintendance propose 50 appartements, du studio au 5 pièces,
répartis sur 5 bâtiments de 3 étages, et organisés autour d'une cour d'honneur
et de 2 jardins.
Conformément au Plan de Sauvegarde du Secteur Sauvegardé, le jardin clos situé
à l’angle des rues de l’Indépendance Américaine et du Vieux Versailles, sera rétabli
dans son aspect authentique. Le second jardin intérieur, entouré des bâtiments
C, D et E, suivra un dessin classique sans arbres. La cour d’honneur enfin, retrouvera
son aspect d’origine avec un sol pavé. Dégagée de ses marronniers, elle sera
agrémentée de caisses d’orangers traditionnelles, en résonance avec les jardins
de l’Orangerie du Château.
Les appartements seront pourvus de places de parkings qui seront réalisées
en sous-sol, hormis les 5 places handicapés dans la cour d’honneur. L’accès aux
parkings se fera par la rue du Vieux Versailles. Certains appartements seront
également pourvus d'une cave.
Les combles et hauteurs sous plafond des derniers étages des bâtiments A, B et C
ont permis de créer des appartements de charme en duplex ou avec mezzanines qui
viendront agrandir les surfaces habitables.
 
L’Hôtel de la Surintendance, à l’aube de sa réhabilitation, révèle ici les perspectives
de son état futur.
Établi dans le respect des prescriptions émises par le Plan de Sauvegarde et de Mise
en Valeur du Secteur Sauvegardé, le projet de réhabilitation vise à redonner au lieu
sa noblesse abîmée par le temps. Les bâtiments en l’état portent aujourd’hui les
stigmates des multiples transformations intervenues au fil de ses différentes
périodes d’occupation qui furent entrecoupées d’années d’abandon. Afin de mettre
en valeur l’architecture des bâtiments, les façades seront déshabillées des éléments
disgracieux pour mieux en réveiller les éléments remarquables. La modénature de
certaines façades sera modifiée pour rétablir l’harmonie architecturale de l’ensemble.
Les façades des bâtiments B et C, autour du jardin clos, seront, pour l'essentiel,
habillées de fausses briques.
 

Sauvegarder l'annonce

Partager l'annonce